Photo d'illustration de larou

L'ergonomie a cette particularité frustrante, quand elle est bien pratiquée de passer totalement inaperçue, parce qu'alors tout devient simple et évident. Sa mise en oeuvre au sein de petites structures est d'autant plus difficile qu'elle est à la croisée de plusieurs disciplines dont les experts maisons ont tous un avis bien tranché (programmeurs et graphistes en particulier). Il n'existe pas de recette toute faite, au grand désespoir des décideurs qui ne savent plus à qui confier cette responsabilité pourtant importante puisque les clients se plaignent de la difficulté d'utilisation du produit ! Et c'est vrai que la technologie rend notre vie moins confortable. Les utilisateurs demandent avant tout qu'un logiciel ou un appareil technologique soit simple à utiliser. John Maeda, dans son livre The laws of simplicity (traduction française : De la simplicité) propose dix « lois » et trois principes pour simplifier une interface homme machine que nous détaillerons prochainement dans de nouveaux billets.

Dix lois :

  • RÉDUCTION. Pour atteindre la simplicité, le mieux est la réduction méthodique.
  • ORGANISATION. Avec de l'organisation, un ensemble composé de nombreux éléments semble plus réduit.
  • TEMPS. En économisant son temps, on a le sentiment que tout est plus simple.
  • APPRENTISSAGE. La connaissance simplifie tout.
  • DIFFÉRENCES. La simplicité et la complexité ont besoin l'une de l'autre.
  • CONTEXTE. Ce qui se trouve à la périphérie de la simplicité n'est absolument pas périphérique.
  • ÉMOTION. Mieux vaut plus d'émotion que moins.
  • CONFIANCE. Dans la simplicité, nous avons confiance.
  • ÉCHEC. Certaines choses ne peuvent jamais être simplifiées.
  • LOI CARDINALE. La simplicité consiste à soustraire ce qui est évident et à ajouter ce qui a du sens.

Trois principes :

  • AU LOIN. Plus semble moins si l'on s'en tient éloigné, très éloigné.
  • OUVERTURE. L'ouverture simplifie la complexité.
  • PUISSANCE. Se servir de moins, en tirer plus.